« IEPAG parcours d’excellence à Madagascar et à l’international »

Les inscriptions pour Madagascar MUN 2024 sont ouvertes.

Concours d’entrée à l’Altitude Business School Madagascar (Master)

17 Novembre – 23 Novembre

4 ème édition KAFE POLITIKA 2024

Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur twitter

La quatrième édition du  Kafe politika de l’année 2024, organisée par le club CVIP de l’IEPAG s’est tenu le mercredi 15 Mai dernier à Ampandrana. L’échange s’est fait avec le thème : « Madagascar 1972 : quels acquis ? ». Trois intervenants ont été invités pour échanger et débattre à propos de ce thème, dont : Mme Irène RABENORO, Professeur titulaire au Département d’Etudes anglophones à l’Université d’Antananarivo ; Professeur Solofo RANDRIANJA, Directeur de l’Ecole Doctorale de l’IEP Madagascar ; Mr Constant RAVELOSON, Politicien et Observateur du monde politique.

Professeur Solofo RANDRIANJA a souligné que les évènements du mai 1972 n’étaient pas des insurrections des étudiants, au contraire, il s’agissait de mouvement pacifique pour l’éducation structurée à la française durant les années TSIRANANA. Il ajouta que « même les menus du restaurant d’Ankatso étaient des menus français. » Et que : « le problème ce n’était pas seulement la langue mais surtout les acquis. ».

En mentionnant le nom de l’AKFM, en soulignant leur immense respect et mantelet sur la langue malgache, Mr Constant RAVELOSON continuait l’échange sur la malgachisation, qui était toujours accompagnée de la démocratisation et de la décentralisation selon lui. « C’était difficile si on n’avait pas chassé l’armée française. » disait-il. Parlant d’acquis, il a souligné que ce n’est pas toujours par la férocité des armes qu’on arrête un mouvement, et que les Malagasy ont pris acte que le changement pouvait se discuter. Il ajoutait que si : « On peut changer comment nous nous gouvernons à Madagascar, on peut changer. »

Pour sa part, Mme Irène RABENORO a souligné que les acquis sont réels mais éphémères. « Réels car les jeunes ont enfin osé prendre la parole pour s’exprimer mais non pour faire plaisir aux enseignants. Je souhaite que les jeunes prennent leurs responsabilités et se lèvent. », Affirmait-elle. En outre, elle ajoutait également que : « En 1960, Madagascar n’était pas prêt d’être indépendant. Et que 1972 a facilité la prise du pouvoir par les militaires. »

RAMARSON Andrianjafy Lala – L2 IEP